La vidéo-protection, un outil au service de la sécurité

Charenton a mis en place sur son territoire une trentaine de caméras de vidéo-protection. Un rapport de l’Inspection Générale de l’Administration révèle que la délinquance diminue deux fois plus vite dans les zones «vidéo-surveillées» que dans les secteurs exempts de caméras.

Notre dispositif de caméras n’est pas intrusif. Il n’a pas pour vocation d’épier, mais de protéger. 

Les atouts de la vidéo-protection sont indiscutables. Elle a tout d’abord un réel pouvoir de dissuasion. Elle est aussi  un moyen d’identification, car elle permet de confondre le délinquant lorsqu’une infraction est commise.

Aussi, il est parfois surprenant d’être interpellé par des élus de gauche ou par des responsables d’associations leur étant proches qui, brandissant le ringard épouvantail « sécuritaire », se montrent réfractaires à la présence de la moindre caméra.  Il est également regrettable que, par entêtement idéologique ou par clientélisme, les représentants de la gauche charentonnaise n’aient pas su ou ne souhaitent pas évoluer face à ce véritable fléau que représente la délinquance. Il faut dire que pour lutter contre l’insécurité les villes gérées par la gauche n’adoptent pas toutes la même stratégie.

Mais à part continuer de penser que tous les délinquants ne sont que des victimes de la société, les élus de gauche auraient-ils une réelle stratégie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *