Deux conceptions de la politique

Lors des prochaines élections cantonales, les électeurs charentonnais vont avoir le choix entre deux conceptions de la politique.

D’un coté, Jean-Marie Brétillon, Maire de Charenton, proche de ses administrés et Conseiller général sortant. De l’autre, Gilles-Maurice Bellaïche, Conseiller municipal, élu l’an dernier Conseiller régional sur la liste socialiste conduite par Jean-Paul Huchon.
Jean-Marie Brétillon a toujours souhaité se consacrer à ses deux mandats locaux. L’esprit d’équipe et la volonté de représenter les électeurs qui lui ont fait confiance sont des idées directrices fortes.
Gilles-Maurice Bellaïche de son coté a choisi une voie différente en se mettant continuellement en scène, seul devant les autres (ses collègues du Conseil municipal ont du mal à exister !) ou en décidant de se porter candidat à toutes les élections qui se présentent.
Sa seule victoire élective est due à sa présence sur une liste lors des dernières élections régionales. Il en a fait une victoire personnelle, alors que tout le monde sait que la conjoncture politique nationale a joué en faveur de la liste socialiste dont il était l’un des derniers élus.
Avec deux mandats à son actif, il trompe les électeurs en choisissant de se présenter aux élections cantonales. Or, il ne pourrait siéger au Conseil général pour cause du cumul des mandats. A moins qu’il ne préfère démissionner de son poste de Conseiller régional ou de Conseiller municipal !
De deux choses l’une, soit M. Bellaïche est sûr de perdre, soit il dédaigne ses électeurs en refusant de siéger pour les mandats qu’il vient de briguer.
Les deux, peut-être !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *