Le dernier recours pour le candidat socialiste : le repêchage

Quelle différence y a-t-il entre un scrutin régional de liste porté par un parti et un scrutin cantonal uninominal ? La réponse est 29% (différence entre les deux premiers candidats)
Les élections cantonales d’hier ont répondu aux interrogations de l’opposition municipale concernant la légitimité du Maire de Charenton, Jean-Marie Brétillon, à être le représentant de notre canton. Le résultat est sans appel puisque qu’il frôle la majorité absolue au 1er tour en obtenant près de 49% des voix contre moins de 20% pour son opposant Gille-Maurice Bellaïche. Suite aux résultats des dernières élections ce dernier expliquait pourtant, à grand renfort de vidéos auto-satisfaisantes (voir la vidéo Youtube), comment il allait prendre la direction de la ville de Charenton. Le voilà maintenant obligé de passer par les repêchages pour le deuxième tour. En effet, il faut normalement 12,5% (seulement !) des inscrits pour pouvoir se maintenir et Gilles-Maurice BellaÏche vient de réaliser l’exploit de n’être qu’à 7,3%. La loi lui permet donc de sauver les apparences et nous allons le voir revenir tout sourire nous expliquer que sans l’abstention il aurait peut-être réussi à faire mieux !!!!
De notre coté, nous ne crions pas victoire et nous appelons tous les habitants de notre canton à transformer l’essai prouvant que face aux regroupements factices d’une gauche totalement divisée et qui ne porte pas les mêmes valeurs (l’écologie ne doit pas être politisée), les Charentonnais et les Mauritiens cherchent avant tout un conseiller général proche de leurs préoccupations quotidiennes. Les polémiques nationales ne doivent pas polluer notre débat local et ça les électeurs de notre canton l’ont bien compris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *