La commission d’enquête publique rend un avis défavorable sur la piétonisation des voies sur berges

La commission d’enquête publique sur la piétonisation des voies sur berges rive droite à Paris, de l’entrée du tunnel des Tuileries (Ier) au bassin de l’Arsenal (IVème),  a rendu  récemment un avis défavorable sur ce projet.    Hervé GICQUEL a pu faire part de son point de vue dans un article de l’édition du Parisien du Val-de-Marne daté du 24 août 2016.

 

La commission estime notamment que le périmètre de l’enquête publique est insuffisant et que l’étude d’impact ne permet pas d’établir la réalité de la réduction de la pollution automobile induite par la fermeture de la voie sur berge.

 

Les élus du groupe Charenton demain se réjouissent article du Parisien 24.08.voies sur bergesque cette instance reprenne ainsi les arguments qui ont été avancés par les Maires des villes du Val-de-Marne limitrophes de la Capitale au premier rang desquelles Charenton-le-Pont pour s’opposer à cette initiative.

 

En effet, Charenton-le-Pont serait particulièrement touchée par tous les effets négatifs de la fermeture définitive des voies sur berges car elle se trouve au croisement de l’autoroute A4 et du boulevard périphérique qui sont déjà reconnus comme étant parmi les axes routiers urbains les plus fréquentés d’Europe et sources répertoriées de nuisances (Point Noir du Bruit…)

 

 

Cependant, la Maire de Paris semble pour l’instant ne pas vouloir tenir compte de cet avis consultatif et présentera une délibération visant à valider définitivement cette fermeture lors du Conseil de Paris du lundi 26 septembre 2016.

 

A l’heure de la construction de la Métropole du Grand Paris, il est nécessaire que la Ville de Paris :

 

  • Reporte la fermeture des voies pour compléter les études sur ce projet par un organisme indépendant afin d’évaluer de façon plus précise et exhaustive ses conséquences.

 

  • Envisage uniquement la fermeture de cette portion de route urbaine dès lors que de nouvelles liaisons de transports en commun, au premier rang desquelles le Grand Paris Express, de nouvelles lignes de tramway et de bus, seront effectivement mises en service.

 

  • Engage une réelle concertation avec les collectivités concernées à l’échelle métropolitaine qui est le cadre le plus pertinent lorsqu’il s’agit de grands projets parisiens structurants ayant un impact direct sur les communes de la périphérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *