Points de vue

Education
Toujours le nivellement par le bas !

éducationAprès la difficile réforme des rythmes scolaires pas encore digérée, voilà que le gouvernement s’attaque maintenant aux programmes de nos collégiens.

Cette énième réforme de notre système éducatif marque un tournant dangereux en ce sens où elle remet en cause les valeurs fondamentales de notre pays. Exit la connaissance du siècle des Lumières dont l’enseignement ne sera plus que facultatif. Finies les classes bi-langues sections européennes sous le prétexte qu’elles sont élitistes.

Quant aux langues mortes, latin et grec, elles sont définitivement enterrées ! Même l’enseignement de l’allemand est remis en cause au prétexte là encore que seuls les meilleurs élèves se dirigeaient vers cette langue étrangère.

La réforme du collège, voulue par la Ministre Vallaud-Belkacem, instaure un nivellement par le bas qui est la politique constante de ce gouvernement qui voulait déjà supprimer les notes ! C’est, en vérité, un véritable renoncement à la transmission des savoirs fondamentaux et une remise en question du socle de notre modèle républicain. Les socialistes promettent la réussite pour tous et pour tenir leur engagement, il est plus facile de diminuer le niveau d’exigence.

Outre les enseignants, des universitaires et des intellectuels de tous bords politiques s’élèvent contre cette réforme, d’autant plus dangereuse qu’elle bafoue notre identité et nos valeurs. Elle tourne le dos à notre culture, à notre histoire, à notre héritage commun. On a le droit et le devoir, vis-à-vis de nos aïeux, d’être fiers de notre passé et lorsqu’on enseigne ce que fut notre empire colonial, il n’est pas inutile de rappeler les vertus civilisatrices de notre pays par sa culture, ses écoles, ses hôpitaux, ses techniques,… Au lieu d’exalter ce qui a fait la grandeur de la France, les programmes sont délibérément orientés sur la repentance permanente.

Sous prétexte de démocratisation de l’école, on tend vers un égalitarisme forcené. Les meilleurs élèves n’auront d’autre choix que d’aller dans le privé alors que les moins bons ne progresseront pas pour autant. La France a besoin d’élites et de pousser ses enfants les plus doués comme ceux qui ont la capacité d’intégrer 2 langues en 6e ou d’apprendre le grec et le latin.

Démocratiser n’est pas supprimer, apprendre notre histoire c’est exiger le droit à la continuité. Contrairement à la Ministre, nous pensons que le meilleur tremplin vers la citoyenneté, c’est d’abord savoir lire, écrire et compter, connaître son pays et son histoire. Il vaudrait mieux se rappeler des lumières plutôt que de mettre en avant les ombres avec lesquelles on tente de nous culpabiliser.

RÉFORME TERRITORIALE :
VERS UNE DISTRIBUTION DE BARONNIES AUX COPAINS !

Jamais un gouvernement n’aura autant touché aux valeurs fondamentales de
notre pays.

Certes, nos compatriotes sont souvent réfractaires aux changements,mais on atteint là des sommets dans la division des Français provoquée par une succession de réformesmenées sans concertation.

Après les réformes de société, après celle des rythmes scolaires, François Hollande poursuit son projet de désorganisation territoriale. A chaque jour une nouvelle annonce à l’emporte-pièce, différente de celle de la veille. On supprime d’un trait de plume les Conseils généraux, pour finalement les conserver le lendemain.

Les Régions sont remodelées façon puzzle, on ne sait sur quel critère sinon celui de faire plaisir aux amis politiques, voire à la famille !

ensemble des élus locaux sont dans le flou le plus total. Quant aux agents des collectivités territoriales, ils s’inquiètent légitimement de leur avenir.

Or, ce n’est pas parce que l’on supprimera des collectivités que les dépenses liées aux services et aux prestations disparaîtront. Il faudra toujours construire des collèges, entretenir les routes ou payer le RSA !
Davantage qu’un redécoupage ridicule, c’est plutôt une réflexion sur les compétences et les moyens alloués aux collectivités qu’il aurait fallu avoir.

Un peu comme pour les rythmes scolaires où il aurait fallu s’occuper en priorité du contenu de l’enseignement plutôt que des horaires. François Hollande détricote tous les jours davantage l’édifice républicain. Non seulement, il n’y aura pas de gains avec une telle réforme, mais on imagine aisément les surcoûts : nouvelle identité des régions, toute la communication à revoir, déplacements plus longs, installation des bureaux, centres de décision encore plus éloignés, etc. A quoi correspond une Région qui va du Loiret à la Charente-Maritime ? Plutôt que simplifier, on complexifie en créant des usines à gaz et des doublons : Métropole du Grand Paris et Région Ile-de-France,
est-ce bien raisonnable ?

Champicardenne, Lolsace, la chasse aux nouveaux noms de régions est donc ouverte ! Tout cela pourrait prêter à sourire si ça ne ressemblait pas à une manœuvre électorale grossière menée avec une précipitation coupable. Au lieu d’une véritable refonte de nos collectivités, on a l’impression que le Président de la République a ressorti sa boîte à outils pour un bricolage territorial qui n’a pas de sens. A force de ne pas trancher, on repousse “courageusement” la suppression des départements à 2020.

Mais François Hollande sera-t-il encore là en 2020 ?

*****************************************

“CHARENTON DEMAIN”
OPA DU PARTIR SOCIALISTE CHARENTONNAIS SUR LA FCPE !

En clair : alors que la ville de Charenton s’est inscrite dans un processus de concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par l’application de la difficile et contestée réforme des rythmes scolaires, quelques membres charentonnais de la FCPE tentent de saboter ces réunions qui se tiennent en mairie avec les enseignants et d’autres représentants de parents d’élèves.

Disons-le tout net : il s’agit d’une fraction “dure” de la FCPE qui n’est pas représentative de l’ensemble des parents adhérents de cette association et qui se situe davantage dans une opposition systématique vis-à-vis des initiatives de la mairie. Dans les conseils d’école, on a pu mesurer le fossé existant entre les différentes nuances qu’expriment les parents et la tentative de membres de la liste socialiste de Charenton qui disent s’exprimer par des propos tranchés au nom de la FCPE. Une telle attitude discrédite cette fédération.

La municipalité recherche la moins mauvaise des solutions pour répondre à un décret du gouvernement difficilement applicable et, en fin de compte, contraire à l’intérêt des enfants. En charge de la bonne gestion des finances de la ville, comme tous les Maires de France, nous rappelons que rien n’est gratuit. Tout a un coût et c’est l’un des reproches que les villes, toutes tendances politiques confondues, font au gouvernement : une réforme voulue par l’Etat mais subie financièrement par les communes (et par les parents et les enseignants) !

C’est un manque de réalisme flagrant par rapport au contexte économique et financier national, aux économies demandées par l’Etat aux collectivités, à la baisse des dotations, à la péréquation qui s’ajoute à nos dépenses. C’est aussi une réforme bâclée, à laquelle s’opposent majoritairement les enseignants et les parents.

Légaliste, la ville de Charenton appliquera néanmoins la réforme des rythmes scolaires mais ne sera pas en mesure de proposer toutes les activités qu’elle aurait souhaitées. Seuls comptent pour nous l’intérêt des enfants, des familles et l’accord des enseignants.

Or, peut-on faire une réforme contre l’avis de tous ? Rappelons que ce sont pour la ville des animateurs supplémentaires à recruter, une restauration scolaire de plus le mercredi ; pour les associations sportives ou culturelles, des cours supprimés puisque le mercredi matin sera désormais travaillé.

Dans cette affaire qui dure maintenant depuis 2 ans, certains ont voulu en faire une affaire politique. Cette fraction de la FCPE charentonnaise défend-elle les familles ou est-elle un outil du parti socialiste local ?

La réponse est dans la question !

“CHARENTON DEMAIN”
LE GRAND CHAMBOULEMENT TERRITORIAL !

A nouveau gouvernement, nouveau projet de réforme territoriale. Cette fois-ci, on nous annonce une réduction du nombre de Régions  (une dizaine au lieu de 22 actuellement) et la suppression des départements à l’horizon 2021 !

Nous ne sommes pas opposés à une vraie réforme de fond. Il est clair que le millefeuille territorial est bien indigeste, peu compréhensible pour nos concitoyens et plus encore pour nos voisins européens. Il est source de gaspillages.

Or, le gouvernement nous a asséné, sans concertation, la Métropole du Grand Paris, elle-même regroupant des territoires, échelons intermédiaires de 300 000 habitants. Les résultats des dernières élections font que la création de ce “monstre” va se retourner contre ses initiateurs : la gauche qui s’y voyait régner n’y sera sans doute pas majoritaire !

Aujourd’hui, ce sont les Régions qui sont visées et plus encore les départements dont on annonce la disparition. En 2015 auront lieu des élections départementales et régionales. Pour quoi faire ?

Les départements sont supposés être supprimés à l’horizon 2021 ; ce sera même plus rapide sans doute pour les départements de petite couronne.

Quant aux Régions, elles seront réduites de moitié en 2017. On mesure là l’absence de cohérence dans toutes ces annonces.

Les communes, elles, perdent, à chaque nouvelle réforme des champs de compétences. C’est le cas avec la Métropole du Grand Paris. Plus inquiétants sont les coups de canif dans l’autonomie financière des communes. Autant une solidarité est nécessaire entre territoires plus avantagés que d’autres, autant la péréquation tend maintenant à défavoriser les villes bien gérées au profit de celles qui ont fait des choix qu’elles ont du mal à assumer.

A Charenton, nous sommes particulièrement attentifs à tous ces bouleversements et la légitimité qui nous a été donnée par les électeurs nous conduira à faire entendre notre voix.
“CHARENTON DEMAIN”
23 ET 30 MARS : UN CAMOUFLET POUR LE PARTI SOCIALISTE !

C’est bien plus qu’une simple sanction que les Français ont infligé au gouvernement socialiste et au Président de la République !

Moins de 2 ans seulement après l’arrivée de François Hollande aux affaires, l’heure est au désenchantement, à la déception et à la colère.Cela s’est traduit dans les urnes par une défaite historique comme jamais un pouvoir en place n’en avait connu sous la Ve République.

Imaginez : des bastions comme Limoges (à gauche depuis 1912), Niort, Angers, Belfort, Charleville-Mézières, Saint-Etienne, Roubaix et en région parisienne Bobigny, Le Blanc Mesnil ou Villepinte ont été conquis par la droite républicaine et le centre ! Le seul miracle s’est produit à…Lourdes, ville passée à gauche.

Il en a été de même à Charenton où les socialistes charentonnais ont subi une très sévère défaite. Il est vrai que leurs alliés traditionnels que sont le Front de gauche, les communistes et les écologistes ont préféré conduire leur propre liste.

A cela sans doute une explication : la difficulté de cohabiter avec M. Bellaïche, chef de file du PS charentonnais. La campagne de dénigrement et d’opposition systématique menée par ce dernier n’a pas eu les effets qu’il escomptait.

On peut être dans l’opposition, mais savoir faire preuve de temps à autre d’un esprit constructif. Or, rien ne trouve grâce à ses yeux à Charenton. Les électeurs l’ont sanctionné.

L’équipe Charenton Demain a donc été reconduite avec 64,81% des suffrages exprimés malgré la présence de 4 listes. C’est un score dont nous nous réjouissons et qui conforte notre action. Nous exprimons notre profonde gratitude aux 6 784 personnes qui ont voté pour notre liste. Nous disons aux autres que notre gouvernance s’exercera toujours dans l’intérêt général et que le Maire sera celui de tous les Charentonnais sans exclusive.

La légitimité que les Charentonnais nous ont donnée va nous permettre de mieux faire entendre notre voix. Notre équipe est unie et enthousiaste. Elle entend se mettre au travail pour que Charenton demeure cette ville du bien vivre, attractive, humaine, solidaire et à l’environnement préservé.

Chers amis Charentonnais,
c’est un honneur et une fierté que d’être ainsi réélus.
MERCI !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *