Charenton se mobilise contre le regroupement des consommateurs de crack à Paris (12e)

 « Je suis révolté par cette décision unilatérale.
Une nouvelle fois, les élus locaux n’ont pas été concertés et les populations riveraines sont prises en otage.
Le déplacement de ces publics dans le 12e arrondissement n’est pas acceptable
et l’Etat doit trouver une autre solution.
»
Hervé GICQUEL,
Maire de Charenton-le-Pont
Vice-Président du Conseil départemental du Val-de-Marne

 

Le 25 janvier 2022, les médias ont dévoilé le projet de la Préfecture de police de Paris visant à installer un camp de consommateurs de crack sur une parcelle appartenant à la SNCF dite du « Triangle » et située dans le 12e arrondissement de Paris, à proximité du boulevard Poniatowski, c’est-à-dire en lisière de Charenton.

Dès la découverte de ce projet de l’Etat, le jour même des annonces reprises dans la presse, Emmanuelle PIERRE-MARIE, Maire du 12e arrondissement, Emmanuel GREGOIRE, Premier Adjoint à la Maire de Paris, et Hervé GICQUEL, Maire de Charenton-le-Pont et Vice-Président du Conseil Départemental du Val-de-Marne, ont conjointement saisi le Préfet de Police pour lui exprimer leur hostilité à tout nouveau déplacement des scènes de consommation de crack.

Leur refus est catégorique face à cette orientation prise sans aucune concertation avec les élus locaux comme les associations spécialisées et les riverains.

En effet, cette décision unilatérale aura un impact direct sur le quotidien des Charentonnais et notamment en matière d’insécurité, de dégradation du cadre de vie et des espaces publics.

Elle va à l’encontre des projets menés par le 12e arrondissement de Paris et Charenton afin de rendre ce site attractif avec, notamment les projets urbains Bercy-Charenton dans le 12e et Charenton-Bercy, l’opération de renouvellement urbain de Charenton.

Par ailleurs, des établissements d’accueils sociaux parisiens dont certains sont dédiés aux familles avec enfants et à des publics fragiles, sont situés à proximité du site envisagé. Dans ces conditions, ce déplacement des scènes anarchiques du 19e est totalement intolérable d’un point de vue sanitaire et social.

Parce que ce dispositif n’est pas acceptable pour le public concerné, qu’il ne répond à aucune considération de sécurité et qu’il met en péril un projet urbain essentiel pour l’avenir de l’Est-Parisien, aux côtés des élus parisiens, d’Olivier CAPITANIO, Président du Conseil Départemental, de Christian CAMBON, Sénateur et de notre Député, le Maire et la Municipalité de Charenton mettent tout en œuvre pour que ce projet, porté par la Préfecture de Police sous couvert du Ministère de l’Intérieur, ne se concrétise pas.

Dans ce cadre, tous les usagers charentonnais, qu’ils soient habitants ou employés, sont donc invités à signer et à relayer largement la pétition lancée sur change.org « Charenton contre le regroupement des consommateurs de crack à Paris (12e) » pour exprimer leur mécontentement et leur refus en soutien à la Municipalité de Charenton-le-Pont.

https://www.change.org/charentoncontrelecrack

Print Friendly, PDF & Email